Logo avec texte noir
1. L’idéation
Mickael Label (1)
Octobre 2016 – Juillet 2017
Créations des premiers prototypes et réalisation de l’étude de marché nécessaire à la création de l’entreprise. .

Séléction du projet dans l’accélérateur Ouest Startups #3, pitchs et présentation du projet auprès des différents partenaires nécessaires pour la société future.
Compétences développées
Gestion de projet
CAO
Impression 3D
Prototypage
Pitch & présentation
Etudes de marchés
Réseau – innovation
2. CRÉation
Aout 2017 – Décembre 2017
Création de la société en association et co-création du premier modèle avec des designers indépendants.

Mise en place du process de fabrication, de l’établissement du cahier des charges jusqu’à la mise en place des machines acquises par l’entreprise.
Mickael Label (5)
Compétences développées
Création société
Association
Business plan
Contrôle de gestion
Sourcing machines
Création d’objets
Réseau – innovation
3. LANCEment
Mickael Label (6)
Janvier 2018 – Avril 2018
Lancement commercial de l’entreprise sur la région bretonne. Phonning et rendez-vous commerciaux.

Retrait de mon associé sur le projet, prise en main intégrale de l’entreprise et des différents blocs de gestion, administration et comptabilité.
Compétences développées
Stratégie commerciale
Administratif
RDV Clients
Phonning
Documents commerciaux
4. Développement
Mai 2018 – Decémbre 2018
Structuration de la démarche commerciale, mise en place d’un CRM et d’une stratégie afin d’étendre le réseau clients sur le France.

Développement et lancement d’un site E-commerce.

Mise en sous-traitance de certaines parties auprès d’un ESAT.
Mickael Label (3)
Compétences développées
Gestion CRM
Sous-traitance
Relation ESAT
Réseau – façonnage
Gestion prescripteurs
Management
Dev. CMS WordPress
5. Pérennisation
Mickael Label (2)
Janvier 2019 – Octobre 2019
Créations de projets sur mesure, étoffement de l’offre existante en interne. Management de profils créatifs.

Démarches commerciales auprès de grands comptes et de groupements. Lancement de la marque à l’international.
Branding
Réseau – Dirigeants
Management designers
Projets etudiants
Dev. CMS Shopify
Export
Création à façon
6. Prise de recul
Novembre 2019
«L’illetré du 21e siècle ne sera pas celui qui ne sait ni lire ni écrire, mais celui qui est incapable d’apprendre, de désapprendre et de réapprendre.»

(Alvin Toffler)
Mickael Label (4)
Compétences développées
Entreprenariat
Autodidact
Innovation
Créativité
Communication
Quelques chiffres sur la société.
0
Écrin fabriqués
0
Clients
0
Produits
Nos clients
1. PEAUFINER SON IDÉE
Avoir un idée est une chose, être capable de l’exprimer clairement en est une autre.

Durant cette période j’ai transformé mon idée en un produit physique. La CAO et l’impression 3D sont des compétences que j’ai développées pour atteindre l’objectif.

Grâce aux prototypes, j’ai effectué un POC (Preuve de Concept) auprès de mes futurs clients, professionnels et particuliers.

Ces études réalisées, le projet a été sélectionné dans l’accélérateur Ouest Start-up pour la saison N°3. Ce programme m’a permis d’identifier et d’appréhender les différentes étapes liées à la création d’entreprise, de me constituer un réseau dans le domaine de l’innovation sur Brest, d’apprendre à pitcher un projet et à le présenter auprès de partenaires.

J’ai ensuite intégré l’incubateur Enstartups. J’y ai appris à m’entourer des différents partenaires nécessaires à la vie d’une entreprise. J’ai bénéficié de locaux commerciaux et d’un atelier.

Le projet stabilisé, j’ai entamé une recherche de financement privée et publique.
2. CRÉER LA STRUCTURE
J’ai réalisé un Business Plan afin d’associer les différents partenaires autour de mon projet.

J’ai renforcé l’équipe en m’associant avec une personne extérieure au projet inital, c’est donc en association que la société à été créée.

Cela m’a amené à la rédaction des statuts juridiques de l’entreprise et à effectuer toutes les démarches liées à la création d’entreprise.

Une collaboration avec des designers indépendants a été mise en place afin de co-créer notre premier modèle.

Durant le process de création, j’ai imaginé et adapté un processus de fabrication correspondant à nos valeurs et à nos ressources disponibles en entreprise.

La CAO et l’impression 3D ont été d’une grande aide pour adapter les machines à l’humain et optimiser les coûts de fabrication.

Une fois le modèle arrêté et validé par nos clients j’ai mis en place un contrôle de gestion pour suivre et mesurer les différentes étapes de la production.
3. LANCER LA MARQUE
La commercialisation du premier modèle s’est effectuée en deux étapes.

La pré-vente, nous a permis de récupérer rapidement un retour client pour perfectionner la production et rectifier certaines étapes, y compris les plans initiaux du produit.

Ensuite, différentes brochures commerciales ont été imaginées et réalisées en partenariat avec un designer qui accompagnait l’entreprise.

La stratégie commerciale a être testée sur la région bretonne dans un premier temps afin de gagner en expérience et de connaître le retour client.

Cette étape a été pour moi un prise d’expérience formidable en termes de gestion de rendez-vous client et phoning commercial.

Le retrait de mon associé du projet a été une grande source d’enseignements sur l’association.

Ce retrait m’a conduit à avoir une pleine gestion administrative de l’entreprise et des différents domaines liés à celle-ci.
4. CRÉER LA STRUCTURE
Une fois les tests commerciaux effectués en Bretagne j’ai structuré la partie commerciale avec la mise en place d’un CRM et d’une stratégie commerciale approuvée.

J’ai renforcé mon équipe avec une commerciale et un designer junior.

Nous avons identifié 80% des bijoutiers joailliers français, avec différentes méthodes de «scraping» manuelles et digitales.

Ce management m’a amené à mettre en place différents outils commerciaux tels qu’une tram de phoning et permis d’acquérir le maitrise de notre CRM (Pipedrive).

Le lancement du site E-commerce m’a appris à développer un site sur le CMS Wordpress.

Une fois le site web en ligne, j’ai mis en place un réseau de prescripteurs auprès des weddings planners français.

La demande grandissante, certaines étapes du processus de fabrication sont passées en sous-traitance, j’ai mené une recherche de partenaires, la gestion des devis et leurs sélection selon un cahier des charges.

J’ai transmis une partie du savoir-faire à une structure d’ESAT, en les accompagnant sur la réalisation d’outils en impression 3D pour m’adapter à leurs contraintes d’handicaps.
5. ATTEINDRE LA RENTABILITÉ
J’ai structuré l’entreprise en la faisant évoluer de la start-up à la TPE artisanale.

La marque NIROJI à été lancée à l’international, en Europe principalement. J’ai alors re-développé le site web sur un autre CMS Shopify, afin d’alléger sa gestion.

Avec l’équipe de créatifs en interne, nous avons multiplié la sortie de nouveaux modèles, déclinaisons et options. J’ai appris énormément sur le management de profils créatifs et jeunes.

La réputation de l’entreprise grandissant, les premières relations avec les grands comptes ont du être appréhendées. Nous avons réalisé plusieurs séries limitées pour certaines marques et joailliers.

J’ai été sélectionné pour le concours Pépite organisé par le CJD à Brest, et ai pitché mon parcours devant une cinquantaine de chefs d’entreprises aguerris de la région brestoise.

J’ai renforcé mon réseau autour de l’entrepreneuriat sur la région de Brest et mon réseau autour du façonnage.
6. PRENDRE LA DÉCISION
Prendre la decision d’arréter mon activité, a été une décision mûrement réfléchie et anticipée.

Après deux ans d’activités sur le marché des écrins innovants, je pouvais déployer une vision claire sur ma structure.

La raison de cette décision ?

Pérenniser l’entreprise nous demandait d’élargir notre offre au delà de nos ressources disponibles.

Notre marché étant un marché de niches, après son exploration, il n’était pas suffisamment viable comme marché principal.

Les enseignements personnels de mon projet sont multiples, mais si je devais n’en garder qu’un, je le présenterai sous cette maxime : «L’illetré du 21e siècle ne sera pas celui qui ne sait ni lire ni écrire, mais celui qui est incapable d’apprendre, de désapprendre et de réapprendre.»

Au cours de mon activité j’ai appris dans un domaine que je ne connaissais pas, j’ai dû continuellement adapter mes plans au gré de l’expérience engrangée, faire face aux difficultés multiples qui se sont présentées.

J’ai appris à dépasser mes limites quand les circonstances l’exigeaient, à m’adapter aux différents postes et rôles de mon activité avec persévérance.

J’ai découvert dans l’entrepreneuriat une véritable appétence pour ce domaine.
Me contacter